Article tagué vin d’orange

Avec un grand cru au VERDICT

J’ai donné une bouteille de vin d’orange pour une dégustation à l’émission “Le verdict, c’est votre opinion” à Radio-Canada puisque Janette Bertrand était l’une des invités. Alex Perron semble avoir particulièrement apprécié le grand cru. Merci à Véronique Cloutier pour la mention du blogue. Grâce à cette “plogue” le blogue a connu sa journée la plus populaire de sa courte histoire.
Pour visionner cet extrait, il écouter le dernier segment (le 5e) de l’émission en cliquant sur ce lien.

La dégustation avec Janette dans quelques heures

Après plus de deux mois de fermentation, il est temps de boire ces grands crus. Je pars en direction de Radio-Canada pour déguster le champagne, le vin d’orange et le vin au pain de Janette Bertrand à l’émission Christiane Charette sur la Première chaîne de Radio-Canada.

J’ajoute que je n’ai pas encore goûté au champagne et au vin d’orange. J’espère qu’ils seront réussis. Et je vais servir le tout bien frais comme l’exige Janette!

Dans les prochains jours, je vais publier sur ce blogue des photos de la dégustation officielle, des photos également d’une dégustation entre amis et l’intégrale de 15 minutes de l’entrevue avec Janette au sujet de ses recettes d’alcool.

Janette nous parle des origines du vin d’orange

Le vin d’orange est la recette d’alcool préférée de Janette. Et c’est effectivement la plus prometteuse. Mais si vous êtes trop paresseux pour la faire, je viens de découvrir qu’il se vend des mélanges de vin d’orange que l’on peut ajouter à du vin rosé ou du vin blanc. Il faut laisser macérer pendant 24 heures. Le mélange comprend en général de la vanille, de l’écorce d’orange, de la cannelle.

Revenons à la recette de Janette sans mélange. Durant l’entrevue qu’elle m’a accordée, elle me parle de comment elle a pris connaissance du vin d’orange qu’elle aime tant.

Filtrage du vin d’orange et du vin au pain… et un peu de découragement

Je viens de passer la soirée à filtrer deux recettes. OUF! C’est beaucoup, beaucoup de travail tout ça!! Je comprends pourquoi de moins en moins de personnes prennent la peine de fabriquer leur propre alcool. Est-ce que ça vaut vraiment la peine? Au moins, le vin d’orange et le champagne semblent être sur une très bonne voie. Je serai bientôt récompensé en y goûtant.

Donc, il est temps de filtrer le vin d’orange. Après avoir macéré pendant 50 jours, il est prêt à être mis en bouteille. Heureusement, le mélange ne s’est pas évaporé. J’ai recueilli assez de vin pour remplir neuf bouteilles. Je viens aussi de coller des étiquettes sur les bouteilles. Ça va être bien bon ce vin-là.

C’est aussi le moment, après 3 semaines seulement, de filtrer le vin au pain. J’ai toujours de sérieux doutes concernant cette préparation à base de pain, de citron, de levure et d’eau. Ça sent le pain mouillé et le citron. Ça ressemble à de l’Orangina pâle. J’ai embouteillé seulement 3 bouteilles de ce vin douteux. J’ai jeté le reste et je suis loin d’avoir tordu le pain mouillé. Je vais être obligé d’y goûter à celui-là avant de l’apporter en studio à l’émission de Christiane Charette pour la dégustation officielle. Je ne veux pas que personne ne soit malade. Il y aura, en plus, très certainement, du dépôt dans le fond de ces bouteilles. Il va donc falloir attendre qu’il s’éclaircisse et le filtrer de nouveau, comme pour le champagne.

Pour ce qui est du champagne, il faudra le filtrer une deuxième fois, comme prévu, à la fin de la semaine prochaine. Il sent comme la boisson gazeuse du Saguenay-Lac-St-Jean, le Red Champagne.

Je répète : est-ce que ça vaut vraiment la peine?

Du dépôt et un vieillissement en beauté – Jour 46

Les alcools de Janette se portent bien. L’entrevue réalisée avec madame Bertrand il y a deux semaines, elle, prend du retard. Eh oui, nous avons quelques problèmes techniques. La première capsule sera sur le site dans environ une semaine. PATIENCE, PATIENCE. Attendez de voir le décor tout droit sorti de Radio-Québec des années 80.

Des nouvelles de ce qui est important : les recettes.

Le champagne en bouteille continue de vieillir. Il y a un mince dépôt blanc qui s’accumule dans le fond des bouteilles. La prochaine étape de filtration dans quelques semaines sera plus que nécessaire.


Quant au vin de pain, il sera bientôt prêt. Le pain s’est vraiment mélangé à l’eau.

Le vin d’orange arrive très vite à maturité. Il sent la gomme à mâcher, le sirop contre la toux et l’orange amère.

Bilan de mi-parcours – Jour 35

Il reste un mois à cette expérience d’Avec un grand cru. J’ai hâte de goûter aux alcools. Bilan de santé des trois recettes:

La couleur du vin au pain est assez fascinante. On dirait une limonade verte fluo. Le pain, lui, cherche toujours à s’échapper en se logeant le plus haut possible du récipient. L’internaute Alfred me demandait comment j’avais l’intention de retirer le pain du bac? Bonne question! Je vais sûrement siphonner le vin. À suivre… Des suggestions?

Le champagne change de couleur depuis qu’il a été embouteillé. Il s’éclaircit. Je constate qu’il y a des dépôts dans le fond des bouteilles, même si le liquide a été filtré. Le prochain filtrage sera donc extrêmement utile. Notre ami internaute Alfred nous dit que je pourrais consommer le champagne tout de suite, mais que le temps d’attente sert à éclaircir le vin justement. Il y a des petites bulles à la surface.

Pour ce qui est de notre vin d’orange, il continue de macérer et semble être le plus prometteur de toutes les recettes. On retrouve aussi des petites bulles dans la préparation.

Réactions des amis – Jour 21

J’ai invité quelques amis pour le souper hier soir. Non, non, ils n’ont pas eu la chance de siroter les deux grands crus en devenir. Mais ils les ont vus.

Mathieu a dit tout en s’éloignant le nez du champagne :

-”Ouache, qu’est-ce que cette croûte blanche dans le fond du bac? Ça ne doit pas sentir très bon”.

Geneviève a répondu en s’approchant:

-”Ça sent bon. Ça sent les fruits.”

Les amis étaient étonnés de constater que le champagne crépite un peu. En effet, des bulles émergent sur le dessus à l’occasion en faisant un petit bruit.

Pour ce qui est du vin d’orange, Geneviève m’a réconforté:

“J’ai bu à un moment donné une sangria qui avait été brassée trois semaines plus tôt et elle était très bonne, meilleure que d’habitude même”.

Dans 10 jours, il y aura une nouvelle étape pour le champagne…

Confession d’une étudiante de Janette…

J’ai reçu un courriel de Marie-Josée, une ex étudiante de Janette à l’Institut national de l’image et du son en télé. Elle m’explique son attachement à sa prof:

Nos amis scénaristes et nous avions convenu de cacher un élément “Janette” dans chacun de nos projets télé de finissants. À l’époque (en 2003) nous n’avons pas eu de mal à trouver les recettes de Janette, un disque 33 tours et un autre livre de recette avec un gros jambon sur la couverture (pas Jean) pour alimenter notre projet.

En bonus, elle me donne une recette de vin d’orange de Jean-Pierre, un ancien employé de la SNCF qui habite dans le Var, près de Nice. Elle nous conseille de réaliser cette recette avec le vin québécois (excellent d’ailleurs) L’Orpailleur et de l’alcool pur à défaut de Marc de Provence. Elle dit que ce fut un tel délice qu’ils sont plusieurs à répandre la bonne nouvelle. Marie-Josée nous conseille d’entreprendre la recette après avoir terminé celle du vin d’orange de Janette.

Voici la recette de vin d’orange de Jean-Pierre:

5 L de Côte-de-Provence ROSÉ
1 kg de sucre
1L de Marc de Provence 45 (ou d’alcool pur 45 degré)
5 clous de girofle
8 oranges amères

2 oranges normales

1 bâton de vanille

Tout mélanger de préférence dans un contenant hermétique opaque en verre et laisser macérer pour 45 jours.

Marie-Josée précise en terminant:

Servir frais à de bons amis seulement (mais vous pouvez me faire goûter quand même). Bonne continuation dans votre projet, on suit ça de près.

Merci pour ce témoignage et cette recette!

Un cadeau pour masquer les odeurs

Ça sent assez bon chez moi, merci. C’est certain que chaque fois que je reviens à la maison, l’odeur me rappelle que je suis en train de faire fermenter deux grands crus. J’étais l’invité des étudiants de l’école Pro-médias ce soir. L’une d’elles, Katia, m’a remis un “sent-bon pour voiture” pour masquer les effluves de fond de tonne. Merci, mais mes breuvages dégagent une odeur plus agréable que ce sapin bleu!

Des nouvelles de mes préparations en ce jour 16 de l’expérience: elles se transforment peu à peu. Les raisins secs du champagne sont de moins en moins gorgés d’eau et plus en plus pris comme un pain. Les bananes se désagrègent et forment dans le fond du récipient une couche blanchâtre.

Le vin d’orange, lui, sent divinement bon. Il rappelle que le printemps s’en vient. La pulpe des oranges se défait. L’écorce devient de plus en plus foncée.

Recette 2: Le vin d’orange de Colette

C’est parti aussi pour la 2e recette. Vite vite comme ça, on dirait une sangria très alcoolisée! J’ai mélangé 8 bouteilles de vin rosé, 700 ml de vodka, 8 oranges amères, deux citrons, 2 bâtons de vanille et 9 tasses de sucre. Janette dit qu’à une époque, elle en faisait des caisses. Il reste maintenant à faire macérer pendant deux mois. Je vous tiens au courant sur les transformations de cette boisson.