Article tagué recette

Champagne en bouteilles

Jour 31 de l’expérience. C’est le champagne qui se retrouve en bouteilles en premier. Après avoir brassé la potion pendant les six premiers jours et l’avoir fait fermenter pendant 24 jours, j’ai enlevé aujourd’hui les raisins et les écorces d’orange. Ça sent extrêmement sucré, un sirop de caramel. Quand on s’approche le nez trop près, on a les dents qui grincent. Ça ne veut pas dire que le champagne ne sera pas bon. Le tout promet d’être assez fort en alcool, même si Janette m’a dit en entrevue hier (à voir bientôt sur le blogue) que non, que les drinks sont légers.

J’ai ensuite filtré le champagne avec un filtre à café en papier, exactement comme Janette Bertrand le suggère. Rapidement, le filtre était bouché et laissait couler lentement le liquide. Je n’en avais que deux. J’ai donc été obligé de courir à l’épicerie pour m’en procurer d’autres. Ça, Janette ne le dit pas dans son livre. Il a fallu plus de deux filtres à café par bouteille.

J’ai ressenti un sentiment de fierté en filtrant! J’avais tellement peur de rater mon coup. J’ai plutôt l’impression que ça va donner le résultat escompté. En bouteille, le champagne ressemble à du jus de raisin. Je suis satisfait du nombre de bouteilles obtenues: plus de six. Après le passage à Christiane Charette, je vais pouvoir faire un party de dégustation (s’il y a des intéressés bien sûr).

Cette étape ne marque pas pour autant la fin de la fabrication du champagne. Il faut laisser reposer 30 jours et ensuite filtrer encore et boucher hermétiquement les bouteilles. J’en déduis qu’avant la prochaine étape, il ne faut pas mettre de bouchons. Je vais donc recouvrir chaque bouteille d’un linge.

Vous qui avez déjà réalisé cette recette de Janette, est-ce que la couleur “vieille cerise de terre” est normale?

Vin de pissenlit

L’une des recettes d’alcool de Janette dont on me parle le plus est très certainement le vin de pissenlit. Le réalisateur Frédérick Pelletier m’a d’ailleurs confié que son grand-père faisait ce vin, mais que personne dans sa famille ne connaît la recette. Pour le remercier de filmer mon entrevue avec Janette demain, voici la recette.

Il faut faire bouillir pendant 30 minutes, 16 tasses de pétales de fleurs de pissenlit dans 16 tasses d’eau. Mettez le jus dans un récipient et ajoutez le jus de 2 citrons, 1,8 kg de sucre, 115 g de raisins secs et une enveloppe de levure. Il faut laisser fermenter pendant 40 jours.

Dans l’édition de 1968, Jean ajoute que “ce n’est pas mauvais, étonnant même!”.

En plus, je sais que cela fera plaisir au père de Frédérick qui lui parle encore du vin au pissenlit qu’il buvait jadis.

Je brasse une 3e recette de Janette

J’avais juré n’en faire que 2, mais je n’ai pas pu m’en empêcher. En lisant le livre original de Janette, publié en 1968, j’ai découvert qu’elle avait bien plus de recettes d’alcool que dans la plus récente édition. Il y en a une qui était particulièrement intrigante : le vin au pain. Faire de l’alcool avec du pain, c’est pas très très alléchant. Maintenant que c’est fait, je constate que c’est effectivement douteux.


Mélanger son vin au pain


La recette est simple : tranchez 4 citrons et 4 oranges non épluchés et les faire tremper dans 4 gallons d’eau tiède. Faites griller les tranches de 8 pains (oui, 8 pains!), les déchiqueter et les mettre dans le mélange. Ensuite, il faut ajouter 4 livres de sucre et 1 enveloppe de levure. La fermentation devrait durer 3 semaines.

Sceptique, j’ai décidé de faire la moitié de la recette. Dans ce cas, il faut quand même mettre un sachet de levure, nous dit Jean dans le livre de Janette. Voici un montage photo de la fabrication de ce nectar :

Vous pouvez suivre l’évolution quotidienne de ce vin au pain.

Bon brassage!

Confession d’une étudiante de Janette…

J’ai reçu un courriel de Marie-Josée, une ex étudiante de Janette à l’Institut national de l’image et du son en télé. Elle m’explique son attachement à sa prof:

Nos amis scénaristes et nous avions convenu de cacher un élément “Janette” dans chacun de nos projets télé de finissants. À l’époque (en 2003) nous n’avons pas eu de mal à trouver les recettes de Janette, un disque 33 tours et un autre livre de recette avec un gros jambon sur la couverture (pas Jean) pour alimenter notre projet.

En bonus, elle me donne une recette de vin d’orange de Jean-Pierre, un ancien employé de la SNCF qui habite dans le Var, près de Nice. Elle nous conseille de réaliser cette recette avec le vin québécois (excellent d’ailleurs) L’Orpailleur et de l’alcool pur à défaut de Marc de Provence. Elle dit que ce fut un tel délice qu’ils sont plusieurs à répandre la bonne nouvelle. Marie-Josée nous conseille d’entreprendre la recette après avoir terminé celle du vin d’orange de Janette.

Voici la recette de vin d’orange de Jean-Pierre:

5 L de Côte-de-Provence ROSÉ
1 kg de sucre
1L de Marc de Provence 45 (ou d’alcool pur 45 degré)
5 clous de girofle
8 oranges amères

2 oranges normales

1 bâton de vanille

Tout mélanger de préférence dans un contenant hermétique opaque en verre et laisser macérer pour 45 jours.

Marie-Josée précise en terminant:

Servir frais à de bons amis seulement (mais vous pouvez me faire goûter quand même). Bonne continuation dans votre projet, on suit ça de près.

Merci pour ce témoignage et cette recette!

Du vin ST-GEORGES, qu’est-ce que c’est ça?

Les recettes de Caribou de Janette ont disparu dans la plus récente édition de son livre. Elle en donne deux dans le livre de 1968, le Caribou des Lauzon et celui de son grand-père. 1 gallon de vin blanc ST-GEORGES (oui c’est écrit en majuscule dans le livre)  et 80 onces d’alcool. Ou encore une partie d’alcool pour deux parties de vin rouge ST-GEORGES. Mais qu’est-ce que ce vin ST-GEORGES. Sur un site où l’on donne une autre recette de Caribou (vin rouge, whiskey, sirop d’érable), un internaute commente en donnant la recette du vin ST-GEORGES et en spécifiant qu’il ne s’agit pas de fine cuisine, mais bien de recettes de bûcherons.

Qui peut m’éclairer en me disant qu’est-ce que du vin ST-GEORGES?? Le Fuzion d’antan (beau, bon, pas cher)??

Aussi, salutations à la blogueuse Faustine qui vient de s’acheter pour 10$ US le livre de Janette, édition 1968, sur e-bay. Bien joué.

Nouvelle étape du champagne

Jour 6, après avoir brassé toute la semaine, il faut ajouter de l’agrume. Et, bien sincèrement, c’est une bonne nouvelle. Du jus de trois oranges et d’un citron ne peut faire qu’améliorer cette recette. Il faut également laisser dans la préparation l’écorce d’une orange. J’ai l’impression qu’avec toute cette eau, les raisins secs reprennent vie contrairement aux bananes qui, elles, disparaissent peu à peu. Plus les jours avancent et plus j’ai l’impression que ce drink sera bon. L’odeur est beaucoup agréable qu’au moment de sa création la fin de semaine dernière. Heureusement, puisque ça sert en ce moment de pot-pourri dans mon condo.

Dans la fosse aux lionnes

Avec un grand cru vous mène dans La fosse aux lionnes.

En plus de brasser le champagne de Janette aujourd’hui, j’ai participé à l’enregistrement de l’émission La fosse aux lionnes à la télévision de Radio-Canada pour parler du blogue. Suzanne Lévesque m’a demandé : «  mais vous êtes qui vous »? La réponse demain à 10 h.

Mon champagne – nouvelle étape

Avant de brasser:

Aujourd’hui et au cours des quatre prochaines journées, il faut brasser le champagne une fois par jour. C’est une excellente idée parce que lorsque l’on soulève le linge qui recouvre la préparation, on trouve que le mélange est pas mal pris en pain! C’est évidemment dû au travail de la levure. Hier, au moment de la dernière étape, je ne m’attendais pas à une odeur aussi désagréable en déchirant le sachet de levure. Heureusement, aujourd’hui, le mélange sent le raisin et la banane. Les raisins sont gonflés, gorgés d’eau.

Après le brassage:

Recette 2: Le vin d’orange de Colette

C’est parti aussi pour la 2e recette. Vite vite comme ça, on dirait une sangria très alcoolisée! J’ai mélangé 8 bouteilles de vin rosé, 700 ml de vodka, 8 oranges amères, deux citrons, 2 bâtons de vanille et 9 tasses de sucre. Janette dit qu’à une époque, elle en faisait des caisses. Il reste maintenant à faire macérer pendant deux mois. Je vous tiens au courant sur les transformations de cette boisson.

Recette 1: Mon champagne

C’est fait. Voici la première recette de Janette que nous allons boire dans 2 mois. J’ai versé et ajouté 900 g de raisins secs, 3 bananes tranchées, 20 tasses d’eau chaude et 4 lb de sucre. J’ai brassé pour faire dissoudre le sucre. Ensuite, j’ai ajouté un sachet de levure et placé le tout dans un endroit frais.

Il reste d’autres étapes. À suivre…

En regardant la vidéo, vous allez vous rendre compte que ce n’est pas très très ragoûtant comme ça dans un récipient de plastique. C’est même un peu dégueu… Hâte d’y goûter quand même!