Article tagué champagne

La dégustation avec Janette dans quelques heures

Après plus de deux mois de fermentation, il est temps de boire ces grands crus. Je pars en direction de Radio-Canada pour déguster le champagne, le vin d’orange et le vin au pain de Janette Bertrand à l’émission Christiane Charette sur la Première chaîne de Radio-Canada.

J’ajoute que je n’ai pas encore goûté au champagne et au vin d’orange. J’espère qu’ils seront réussis. Et je vais servir le tout bien frais comme l’exige Janette!

Dans les prochains jours, je vais publier sur ce blogue des photos de la dégustation officielle, des photos également d’une dégustation entre amis et l’intégrale de 15 minutes de l’entrevue avec Janette au sujet de ses recettes d’alcool.

Jour 58: Le champagne a de l’attention ce soir

Janette nous dit que le champagne est prêt. Il faut le filtrer jusqu’à ce qu’il soit limpide. Avant de le filtrer de nouveau, une couche de dépôt s’était accumulée dans le fond des bouteilles, comme sur cette photo:

J’ai donc filtré chaque bouteille une fois puisque le breuvage me semble limpide.

J’ai ensuite bouché hermétiquement pour la première fois ce grand cru. Je serai obligé de filtrer encore si je constate qu’il y a du dépôt qui se trouve dans le fond des bouteilles avant la dégustation la semaine prochaine.

Le champagne sent bon: les raisins et l’alcool.

Dans 10 jours, on boit

Nous en sommes au jour 57 de l’expérience d’Avec un grand cru. C’est officiellement le vendredi 30 avril à l’émission Christiane Charette sur la Première chaîne de Radio-Canada que nous allons déguster non pas deux, mais bien trois grands crus de Janette, en compagnie de madame Bertrand.

D’ici là, il reste à filtrer encore le champagne et le vin au pain. Eh oui, j’ai bien l’impression que je vais apporter finalement en studio ce vin à base de pain, d’eau, de levure et de citron qui semblait si mauvais. Plus le temps avance, plus il s’éclaircit et plus il sent bon. Je viens de le montrer et de le faire sentir à mon amie Sophie et elle ne s’est PAS évanouie! Elle a dit pour me rassurer: “Ça sent le vin”. Oui, rassurant en effet. D’ailleurs, Sophie était persuadée que j’avais goûté aux vins en cachette. Mais non. Je me garde la surprise pour la dégustation officielle, même si c’est difficile de résister à l’appel du grand cru Bertrand.

Dans les jours à venir, il y aura également de nouveaux extraits de l’entrevue avec Janette au sujet de ses recettes. Nous allons discuter entre autres des témoignages et des critiques concernant ses recettes et aussi de comment s’assurer de ne pas les rater.

On vous réserve une surprise télévisuelle sur les ondes de Radio-Canada dans les prochaines semaines. À SUIVRE.

Filtrage du vin d’orange et du vin au pain… et un peu de découragement

Je viens de passer la soirée à filtrer deux recettes. OUF! C’est beaucoup, beaucoup de travail tout ça!! Je comprends pourquoi de moins en moins de personnes prennent la peine de fabriquer leur propre alcool. Est-ce que ça vaut vraiment la peine? Au moins, le vin d’orange et le champagne semblent être sur une très bonne voie. Je serai bientôt récompensé en y goûtant.

Donc, il est temps de filtrer le vin d’orange. Après avoir macéré pendant 50 jours, il est prêt à être mis en bouteille. Heureusement, le mélange ne s’est pas évaporé. J’ai recueilli assez de vin pour remplir neuf bouteilles. Je viens aussi de coller des étiquettes sur les bouteilles. Ça va être bien bon ce vin-là.

C’est aussi le moment, après 3 semaines seulement, de filtrer le vin au pain. J’ai toujours de sérieux doutes concernant cette préparation à base de pain, de citron, de levure et d’eau. Ça sent le pain mouillé et le citron. Ça ressemble à de l’Orangina pâle. J’ai embouteillé seulement 3 bouteilles de ce vin douteux. J’ai jeté le reste et je suis loin d’avoir tordu le pain mouillé. Je vais être obligé d’y goûter à celui-là avant de l’apporter en studio à l’émission de Christiane Charette pour la dégustation officielle. Je ne veux pas que personne ne soit malade. Il y aura, en plus, très certainement, du dépôt dans le fond de ces bouteilles. Il va donc falloir attendre qu’il s’éclaircisse et le filtrer de nouveau, comme pour le champagne.

Pour ce qui est du champagne, il faudra le filtrer une deuxième fois, comme prévu, à la fin de la semaine prochaine. Il sent comme la boisson gazeuse du Saguenay-Lac-St-Jean, le Red Champagne.

Je répète : est-ce que ça vaut vraiment la peine?

Entrevue avec Janette: son champagne

Elle est arrivée!! La première de cinq capsules de l’entrevue réalisée avec Janette. Je suis allé la rejoindre à l’Institut national de l’image et du son où elle enseigne depuis treize ans. Elle était épuisée après une journée complète d’enseignement. Mais elle a été extrêmement généreuse et nous avons eu beaucoup de plaisir à discuter de ses recettes d’alcool. Remarquez comme le décor fait penser à ceux de Radio-Québec dans les années 80. Le premier extrait d’entrevue porte sur sa découverte de la recette de champagne. Quatre autres capsules à venir dans les prochains jours.

Du dépôt et un vieillissement en beauté – Jour 46

Les alcools de Janette se portent bien. L’entrevue réalisée avec madame Bertrand il y a deux semaines, elle, prend du retard. Eh oui, nous avons quelques problèmes techniques. La première capsule sera sur le site dans environ une semaine. PATIENCE, PATIENCE. Attendez de voir le décor tout droit sorti de Radio-Québec des années 80.

Des nouvelles de ce qui est important : les recettes.

Le champagne en bouteille continue de vieillir. Il y a un mince dépôt blanc qui s’accumule dans le fond des bouteilles. La prochaine étape de filtration dans quelques semaines sera plus que nécessaire.


Quant au vin de pain, il sera bientôt prêt. Le pain s’est vraiment mélangé à l’eau.

Le vin d’orange arrive très vite à maturité. Il sent la gomme à mâcher, le sirop contre la toux et l’orange amère.

Bilan de mi-parcours – Jour 35

Il reste un mois à cette expérience d’Avec un grand cru. J’ai hâte de goûter aux alcools. Bilan de santé des trois recettes:

La couleur du vin au pain est assez fascinante. On dirait une limonade verte fluo. Le pain, lui, cherche toujours à s’échapper en se logeant le plus haut possible du récipient. L’internaute Alfred me demandait comment j’avais l’intention de retirer le pain du bac? Bonne question! Je vais sûrement siphonner le vin. À suivre… Des suggestions?

Le champagne change de couleur depuis qu’il a été embouteillé. Il s’éclaircit. Je constate qu’il y a des dépôts dans le fond des bouteilles, même si le liquide a été filtré. Le prochain filtrage sera donc extrêmement utile. Notre ami internaute Alfred nous dit que je pourrais consommer le champagne tout de suite, mais que le temps d’attente sert à éclaircir le vin justement. Il y a des petites bulles à la surface.

Pour ce qui est de notre vin d’orange, il continue de macérer et semble être le plus prometteur de toutes les recettes. On retrouve aussi des petites bulles dans la préparation.

Le filtrage du champagne en album-photos

J’ai l’impression que j’ai réussi mon pari pour le champagne… même si ce n’est pas terminé. Je vais pouvoir servir ce breuvage en toute fierté. Ça va goûter sucré mes amis. Toutes les étapes de cette longue soirée à filtrer le champagne:


Champagne en bouteilles

Jour 31 de l’expérience. C’est le champagne qui se retrouve en bouteilles en premier. Après avoir brassé la potion pendant les six premiers jours et l’avoir fait fermenter pendant 24 jours, j’ai enlevé aujourd’hui les raisins et les écorces d’orange. Ça sent extrêmement sucré, un sirop de caramel. Quand on s’approche le nez trop près, on a les dents qui grincent. Ça ne veut pas dire que le champagne ne sera pas bon. Le tout promet d’être assez fort en alcool, même si Janette m’a dit en entrevue hier (à voir bientôt sur le blogue) que non, que les drinks sont légers.

J’ai ensuite filtré le champagne avec un filtre à café en papier, exactement comme Janette Bertrand le suggère. Rapidement, le filtre était bouché et laissait couler lentement le liquide. Je n’en avais que deux. J’ai donc été obligé de courir à l’épicerie pour m’en procurer d’autres. Ça, Janette ne le dit pas dans son livre. Il a fallu plus de deux filtres à café par bouteille.

J’ai ressenti un sentiment de fierté en filtrant! J’avais tellement peur de rater mon coup. J’ai plutôt l’impression que ça va donner le résultat escompté. En bouteille, le champagne ressemble à du jus de raisin. Je suis satisfait du nombre de bouteilles obtenues: plus de six. Après le passage à Christiane Charette, je vais pouvoir faire un party de dégustation (s’il y a des intéressés bien sûr).

Cette étape ne marque pas pour autant la fin de la fabrication du champagne. Il faut laisser reposer 30 jours et ensuite filtrer encore et boucher hermétiquement les bouteilles. J’en déduis qu’avant la prochaine étape, il ne faut pas mettre de bouchons. Je vais donc recouvrir chaque bouteille d’un linge.

Vous qui avez déjà réalisé cette recette de Janette, est-ce que la couleur “vieille cerise de terre” est normale?

La croûte blanche démystifiée! – Jour 23

Oui, je l’avoue: ces résidus dans le fond du récipient à champagne me faisaient peur depuis quelques jours. Je me demandais: “Est-ce le fruit de la décomposition des bananes?” Eh bien, un fan de la page Facebook d’Avec un grand cru, Alfred, répond à cette question:

Le dépôt au fond du bac est normal, c’est la levure et les protéines qui se déposent au fond du bac. Je suppose que la recette prévoit un soutirage pour l’éliminer.

Il explique aussi pourquoi la préparation crépite:

Pour les bulles, c’est le gaz carbonique qui est le résultat de la fermentation. Il devrait aussi être éliminé ou les bouteilles risquent d’exploser.

Rassurez-vous puisque Janette spécifie de ne pas trop serrer les bouchons au moment de la mise en bouteilles, car sinon il y a risque d’explosion.

Une nouvelle étape arrivera bientôt pour la création du champagne!