Janette explique pourquoi des recettes ont disparu

Dans l’entrevue avec Janette, je lui ai demandé pourquoi des recettes d’alcool qui se trouvaient dans le livre original de 1968 ont été exclues de la plus récente édition parue il y a cinq ans. Ainsi, le vin de fraises, le vin de carotte, de panais, de radis,. de navet et de betterave, les pêches au Cognac, la liqueur de noyau, la sangria, le caribou des Lauzon et le caribou de mon grand-père ont tous disparu. Et, bien sûr, le très incertain vin au pain que j’ai fait… et que je ne sais toujours pas s’il est buvable. POURQUOI tous ces exclus? Voici la réponse de Janette elle-même:

Jour 58: Le champagne a de l’attention ce soir

Janette nous dit que le champagne est prêt. Il faut le filtrer jusqu’à ce qu’il soit limpide. Avant de le filtrer de nouveau, une couche de dépôt s’était accumulée dans le fond des bouteilles, comme sur cette photo:

J’ai donc filtré chaque bouteille une fois puisque le breuvage me semble limpide.

J’ai ensuite bouché hermétiquement pour la première fois ce grand cru. Je serai obligé de filtrer encore si je constate qu’il y a du dépôt qui se trouve dans le fond des bouteilles avant la dégustation la semaine prochaine.

Le champagne sent bon: les raisins et l’alcool.

Les trucs de Janette pour réussir ses recettes

J’avais extrêmement peur de rater les recettes d’alcool de Janette. Quelle horreur si une grande quantité des mélanges s’était évaporée. En entrevue, Janette nous donne LE truc ultime pour réussir son coup… et en bonus un autre pour éviter de faire du vin aux “bibittes”. Je vous en parle confortablement couché sur mon divan. À voir ici:

Dans 10 jours, on boit

Nous en sommes au jour 57 de l’expérience d’Avec un grand cru. C’est officiellement le vendredi 30 avril à l’émission Christiane Charette sur la Première chaîne de Radio-Canada que nous allons déguster non pas deux, mais bien trois grands crus de Janette, en compagnie de madame Bertrand.

D’ici là, il reste à filtrer encore le champagne et le vin au pain. Eh oui, j’ai bien l’impression que je vais apporter finalement en studio ce vin à base de pain, d’eau, de levure et de citron qui semblait si mauvais. Plus le temps avance, plus il s’éclaircit et plus il sent bon. Je viens de le montrer et de le faire sentir à mon amie Sophie et elle ne s’est PAS évanouie! Elle a dit pour me rassurer: “Ça sent le vin”. Oui, rassurant en effet. D’ailleurs, Sophie était persuadée que j’avais goûté aux vins en cachette. Mais non. Je me garde la surprise pour la dégustation officielle, même si c’est difficile de résister à l’appel du grand cru Bertrand.

Dans les jours à venir, il y aura également de nouveaux extraits de l’entrevue avec Janette au sujet de ses recettes. Nous allons discuter entre autres des témoignages et des critiques concernant ses recettes et aussi de comment s’assurer de ne pas les rater.

On vous réserve une surprise télévisuelle sur les ondes de Radio-Canada dans les prochaines semaines. À SUIVRE.

Je rêve de goûter à de la bagosse

La bagosse (ou bière des Îles) est une technique de fabrication d’alcool répandue aux Îles-de-la-Madeleine. C’est assez simple. Il faut mélanger des fruits avec de l’eau, du sucre et de la levure. Il est possible d’écouter, en cliquant ici, une entrevue avec Gérard Bénard, un Madelinot qui fabrique son propre alcool avec des fruits sauvages.

Selon le propriétaire de l’entreprise Le Barbocheux, 5% des résidants des Îles fabriquent de la bagosse de façon artisanale.

Merci de m’envoyer vos recettes d’alcool maison pour que je les publie dans la section “Vos recettes”.

Janette nous parle des origines du vin d’orange

Le vin d’orange est la recette d’alcool préférée de Janette. Et c’est effectivement la plus prometteuse. Mais si vous êtes trop paresseux pour la faire, je viens de découvrir qu’il se vend des mélanges de vin d’orange que l’on peut ajouter à du vin rosé ou du vin blanc. Il faut laisser macérer pendant 24 heures. Le mélange comprend en général de la vanille, de l’écorce d’orange, de la cannelle.

Revenons à la recette de Janette sans mélange. Durant l’entrevue qu’elle m’a accordée, elle me parle de comment elle a pris connaissance du vin d’orange qu’elle aime tant.

Filtrage du vin d’orange et du vin au pain… et un peu de découragement

Je viens de passer la soirée à filtrer deux recettes. OUF! C’est beaucoup, beaucoup de travail tout ça!! Je comprends pourquoi de moins en moins de personnes prennent la peine de fabriquer leur propre alcool. Est-ce que ça vaut vraiment la peine? Au moins, le vin d’orange et le champagne semblent être sur une très bonne voie. Je serai bientôt récompensé en y goûtant.

Donc, il est temps de filtrer le vin d’orange. Après avoir macéré pendant 50 jours, il est prêt à être mis en bouteille. Heureusement, le mélange ne s’est pas évaporé. J’ai recueilli assez de vin pour remplir neuf bouteilles. Je viens aussi de coller des étiquettes sur les bouteilles. Ça va être bien bon ce vin-là.

C’est aussi le moment, après 3 semaines seulement, de filtrer le vin au pain. J’ai toujours de sérieux doutes concernant cette préparation à base de pain, de citron, de levure et d’eau. Ça sent le pain mouillé et le citron. Ça ressemble à de l’Orangina pâle. J’ai embouteillé seulement 3 bouteilles de ce vin douteux. J’ai jeté le reste et je suis loin d’avoir tordu le pain mouillé. Je vais être obligé d’y goûter à celui-là avant de l’apporter en studio à l’émission de Christiane Charette pour la dégustation officielle. Je ne veux pas que personne ne soit malade. Il y aura, en plus, très certainement, du dépôt dans le fond de ces bouteilles. Il va donc falloir attendre qu’il s’éclaircisse et le filtrer de nouveau, comme pour le champagne.

Pour ce qui est du champagne, il faudra le filtrer une deuxième fois, comme prévu, à la fin de la semaine prochaine. Il sent comme la boisson gazeuse du Saguenay-Lac-St-Jean, le Red Champagne.

Je répète : est-ce que ça vaut vraiment la peine?

Entrevue avec Janette: son champagne

Elle est arrivée!! La première de cinq capsules de l’entrevue réalisée avec Janette. Je suis allé la rejoindre à l’Institut national de l’image et du son où elle enseigne depuis treize ans. Elle était épuisée après une journée complète d’enseignement. Mais elle a été extrêmement généreuse et nous avons eu beaucoup de plaisir à discuter de ses recettes d’alcool. Remarquez comme le décor fait penser à ceux de Radio-Québec dans les années 80. Le premier extrait d’entrevue porte sur sa découverte de la recette de champagne. Quatre autres capsules à venir dans les prochains jours.

On nettoie les bouteilles

Au cours des dernières semaines, j’ai recueilli les bouteilles vides en prévision de l’étape ultime : l’embouteillage. Dans les prochains jours, il sera temps de mettre en bouteille le vin d’orange et le vin de pain. J’ai 15 bouteilles vides, ce qui devrait être bien assez puisque j’espère avoir 8 bouteilles de chacune des recettes. C’est excitant. Je vous tiens, bien sûr, au courant de l’embouteillage dans la semaine à venir. Mais, puisque le projet se termine bientôt et qu’il faudra boire tout cet alcool, avec quels plats devrais-je boire ces alcools?? Pas évident, surtout le vin de pain!! Une fondue au fromage?


Du dépôt et un vieillissement en beauté – Jour 46

Les alcools de Janette se portent bien. L’entrevue réalisée avec madame Bertrand il y a deux semaines, elle, prend du retard. Eh oui, nous avons quelques problèmes techniques. La première capsule sera sur le site dans environ une semaine. PATIENCE, PATIENCE. Attendez de voir le décor tout droit sorti de Radio-Québec des années 80.

Des nouvelles de ce qui est important : les recettes.

Le champagne en bouteille continue de vieillir. Il y a un mince dépôt blanc qui s’accumule dans le fond des bouteilles. La prochaine étape de filtration dans quelques semaines sera plus que nécessaire.


Quant au vin de pain, il sera bientôt prêt. Le pain s’est vraiment mélangé à l’eau.

Le vin d’orange arrive très vite à maturité. Il sent la gomme à mâcher, le sirop contre la toux et l’orange amère.