Je viens de passer la soirée à filtrer deux recettes. OUF! C’est beaucoup, beaucoup de travail tout ça!! Je comprends pourquoi de moins en moins de personnes prennent la peine de fabriquer leur propre alcool. Est-ce que ça vaut vraiment la peine? Au moins, le vin d’orange et le champagne semblent être sur une très bonne voie. Je serai bientôt récompensé en y goûtant.

Donc, il est temps de filtrer le vin d’orange. Après avoir macéré pendant 50 jours, il est prêt à être mis en bouteille. Heureusement, le mélange ne s’est pas évaporé. J’ai recueilli assez de vin pour remplir neuf bouteilles. Je viens aussi de coller des étiquettes sur les bouteilles. Ça va être bien bon ce vin-là.

C’est aussi le moment, après 3 semaines seulement, de filtrer le vin au pain. J’ai toujours de sérieux doutes concernant cette préparation à base de pain, de citron, de levure et d’eau. Ça sent le pain mouillé et le citron. Ça ressemble à de l’Orangina pâle. J’ai embouteillé seulement 3 bouteilles de ce vin douteux. J’ai jeté le reste et je suis loin d’avoir tordu le pain mouillé. Je vais être obligé d’y goûter à celui-là avant de l’apporter en studio à l’émission de Christiane Charette pour la dégustation officielle. Je ne veux pas que personne ne soit malade. Il y aura, en plus, très certainement, du dépôt dans le fond de ces bouteilles. Il va donc falloir attendre qu’il s’éclaircisse et le filtrer de nouveau, comme pour le champagne.

Pour ce qui est du champagne, il faudra le filtrer une deuxième fois, comme prévu, à la fin de la semaine prochaine. Il sent comme la boisson gazeuse du Saguenay-Lac-St-Jean, le Red Champagne.

Je répète : est-ce que ça vaut vraiment la peine?