Jour 31 de l’expérience. C’est le champagne qui se retrouve en bouteilles en premier. Après avoir brassé la potion pendant les six premiers jours et l’avoir fait fermenter pendant 24 jours, j’ai enlevé aujourd’hui les raisins et les écorces d’orange. Ça sent extrêmement sucré, un sirop de caramel. Quand on s’approche le nez trop près, on a les dents qui grincent. Ça ne veut pas dire que le champagne ne sera pas bon. Le tout promet d’être assez fort en alcool, même si Janette m’a dit en entrevue hier (à voir bientôt sur le blogue) que non, que les drinks sont légers.

J’ai ensuite filtré le champagne avec un filtre à café en papier, exactement comme Janette Bertrand le suggère. Rapidement, le filtre était bouché et laissait couler lentement le liquide. Je n’en avais que deux. J’ai donc été obligé de courir à l’épicerie pour m’en procurer d’autres. Ça, Janette ne le dit pas dans son livre. Il a fallu plus de deux filtres à café par bouteille.

J’ai ressenti un sentiment de fierté en filtrant! J’avais tellement peur de rater mon coup. J’ai plutôt l’impression que ça va donner le résultat escompté. En bouteille, le champagne ressemble à du jus de raisin. Je suis satisfait du nombre de bouteilles obtenues: plus de six. Après le passage à Christiane Charette, je vais pouvoir faire un party de dégustation (s’il y a des intéressés bien sûr).

Cette étape ne marque pas pour autant la fin de la fabrication du champagne. Il faut laisser reposer 30 jours et ensuite filtrer encore et boucher hermétiquement les bouteilles. J’en déduis qu’avant la prochaine étape, il ne faut pas mettre de bouchons. Je vais donc recouvrir chaque bouteille d’un linge.

Vous qui avez déjà réalisé cette recette de Janette, est-ce que la couleur “vieille cerise de terre” est normale?